Appel à contribution du n°13

Appel à contribution (.pdf)
Invito a contributi (.pdf)
Aufruf zur Einreichung von Beiträgen (.pdf)
Convocatoria Call for Paper (.pdf)
Call for papers (.pdf)

 

 

Une approche chrétienne de l’orientation ?

 L’orientation scolaire et professionnelle n’est évidemment pas une préoccupation spécifiquement chrétienne. Chacun, à tout âge, peut être amené à se poser la question de son orientation ; chaque établissement d’enseignement se soucie de l’orientation de ses élèves ; et le politique veille à ce que les jeunes générations s’orientent vers des débouchésprofessionnels prometteurs et utiles. Cette préoccupation a pris des formes variées selon l’évolution économique etsociale, et la façon de répondre à ce besoin d’orientation a elle-même pu évoluer, comme en attestent les recherches en orientation.

De nombreux auteurs signalent le changement opéré depuis plus de 30 ans en ce domaine, du fait de profondes mutations sociales1, et désormais l’orientation scolaire et professionnelle s’inscrit aussi dans une recherche du « sens de la vie et du travail »2. Jusqu’aux années 80-90, la stabilité et la prévisibilité des carrières dominaient, et uneapproche positiviste de l’orientation consistait prioritairement à établir une congruence entre des profils depersonnalité et de métier. Une approche constructiviste est par la suite apparue, en raison de l’impératif del’adaptabilité à un monde du travail plus instable et changeant.

Ce numéro de la Revue Educatio cherche à comprendre comment la pensée chrétienne, qui n’est ni positiviste ni constructiviste, peut assumer cette préoccupation individuelle et sociale de l’orientation. Quelle lumière la révélationchrétienne pourrait-elle apporter à la compréhension de l’orientation scolaire et professionnelle ?

 

1 Dumora et Boy, 2008 ; Savickas et al., 2010 ; Pryor et Bright, 2011; Rezanson et Hopkins, 2016, etc.
2 Bernaud, Lhotellier, Sovet, Arnoux-Nicolas et Pelayo, 2015

 

 

Plusieurs pistes pourront être explorées :

 

1°) Si tout choix d’orientation s’inscrit dans une représentation au moins implicite du monde, l’intelligencechrétienne de la personne humaine, de sa vocation, du sens du temps et du travail modifie-t-elle le regard porté surl’orientation et son sens ?

2°) Quelle est la place de la confrontation au réel dans le discernement d’une orientation ? Quelle attention porter à la dignité du travail manuel et à sa valorisation ? L’Incarnation, qui est au cœur du mystère chrétien, change-t-elle lafaçon d’envisager l’orientation professionnelle ?

3°) La personne qui examine sa vie professionnelle et envisage un choix d’orientation peut y voir la marque d’un destin auquel consentir, d’une fatalité à subir, d’une vocation à accomplir ou tout simplement une suite de décisions ou même de hasards. La foi dans la présence et l’action de Dieu dans la vie du croyant induit-elle une transformation du choix d’orientation ? Comment penser le lien entre le discernement d’une orientation et la Providence ?

4°) Dans une société dite « liquide »3, aux repères plus flous et incertains, mais où la quête de sens devientprimordiale, comment accompagner chrétiennement la jeune génération ? Et enfin, s’il est vrai que beaucoup des futurs métiers n’ont probablement pas encore été imaginés, comment aider cette jeune génération à se préparer àl’imprévisible et à discerner son orientation ?

 

 

Les contributions attendues pourront se situer dans les registres théoriques et pratiques :

  • Repères fondamentaux relevant des champs disciplinaires suivants : histoire, psychologie, philosophie,sociologie, théologie
  • Présentation de pratiques en orientation : dans l’enseignement secondaire et supérieur ainsi que dans des instituts ou cabinets spécialisés.