F. Desramaut, s.d.b.
Vie de Don Michel Rua : premier successeur de Don Bosco

Editions LAS – 2009 – 502 p.

Professeur d’histoire de l’Eglise à la faculté de théologie et Conservateur de la bibliothèque de l’Université Catholique de Lyon, le Père Desramaut vient de disparaître en août dernier, à 92 ans. Historien connu et reconnu, il a consacré l’essentiel de ses travaux à l’origine et à l’essor de la famille Salésienne, sur laquelle ses ouvrages font autorité, spécialement, en 1996, Don Bosco en son temps (Paris – Editions SE).

Pour rendre à sa personne et à son œuvre l’hommage qu’elles méritent, nous souhaitons présenter ici le dernier de ses livres, fâcheusement moins connu en dépit de l’intérêt tout particulier de son objet. Né en 1837, Michel Rua fut en effet, de 1888 à 1910, le premier et immédiat successeur de Don Bosco, en qualité de Recteur Majeur de la Congrégation des Pères Salésiens. Or ce n’est point là une conjoncture banale, mais bien une étape décisive : celle où la solidité de l’institution est radicalement mise à l’épreuve : va-t-elle s’avérer capable de survivre à celui qui l’a voulue, où s’épuiser, se dissoudre, se disperser ? En d’autres termes, c’est le moment où se vérifie l’authenticité d’un charisme. Combien d’initiatives brillantes, apparemment prometteuses, ne résistent pas à la disparition de ceux à qui elles sont dues et aux dissensions et errements qu’elles entraînent…

Or tel ne fut pas ici le cas. Et le Père Desramaut a montré comment, tout en restant lui-même et avec sa propre personnalité, Don Rua a non seulement su assurer la continuité de l’œuvre et, malgré les difficultés, aboutir à sa stabilisation canonique, mais aussi promouvoir son essor dans une parfaite fidélité à Don Bosco, lequel avait discerné la précoce maturité de ses vertus, l’envergure de son intelligence et sa profonde adhésion au même idéal spirituel et pédagogique. A l’aide d’une documentation minutieusement traitée et agréablement restituée, l’ouvrage montre comment Don Rua a réussi à harmoniser une gestion dynamique de la Congrégation –il l’envoie jusqu’en Chine !- avec le respect, à la fois scrupuleux et inventif, des intuitions de celui dont il avait recueilli la responsabilité de l’héritage. Ainsi était établi et assuré dans l’unité l’avenir de l’œuvre salésienne. Et c’est pourquoi, au terme des procédures appropriées, Don Rua fut béatifié en 1972 par Saint Jean-Paul II.

Les lecteurs de ce beau livre seront à bon droit reconnaissants au Père Desramaut, d’avoir si remarquablement fait mieux connaître, comprendre et aimé les grandes figures spirituelles à l’étude desquelles il a consacré toute son énergie et sa culture.

Guy Avanzini