Fiches de sciences de l’éducation

Guy Lapostolle et Béatrice Mabilon-Bonfils
Paris – Ed. Ellipses – 2018 – 230 p.

Ce livre, original, rassemble 59 « fiches » qui, toutes, concernent l’éducation et les recherches dont elle est l’objet. L’on en voit bien l’intérêt : une série d’exposés succincts -2 à 3 pages chacun- situe succinctement les données principales et l’état actuel des problématiques éducationnelles et fait le point des questions majeures qui les concernent ou des connaissances acquises à leur propos. Chaque fiche est bien informée, de sorte que l’ensemble pourrait faire songer à une petite encyclopédie.

Si l’on voit donc bien l’utilité du livre, néanmoins on en voit vite aussi les limites : une information considérable se trouve émiettée et éparpillée mais, simultanément, redondante, incapable d’éviter des chevauchements dus à des thématiques inter-référentes. La liste même des notices ne manque pas de surprendre. La 6ème partie paraît comme surajoutée, et l’on saisit mal, par exemple, la différence entre la 13ème et la 54ème ou entre la 17ème et la 57ème. Les références bibliographiques sont également un peu étriquées.

Il y a plus grave : en effet, l’ouvrage souffre surtout d’une déficience épistémologique. Certes, la question de la scientificité des sciences de l’éducation est complexe car chacune contribue, selon sa propre méthodologie, à éclairer un processus qui n’est pas scientifiquement établi, mais inventé en articulant aléatoirement les fins, valeurs et idéaux de l’éducation avec les données fournies sur l’éduqué par une anthropologie constituée de ces diverses sciences : ainsi en va-t-il, par exemple, quand une problématique historique étudie le contexte global d’un système scolaire, ou quand une problématique psychologique analyse une démarche d’apprentissage. Mais, ici, faute de partir de la prise en considération de la structure de l’acte éducatif, l’on n’arrive pas à appréhender la spécificité de son objet et les fiches 9 et 12 le mettent en évidence.  Ainsi, il n’est presque pas question des finalités, valeurs et idéaux de l’éducation, qu’il est indispensable de prendre en compte si l’on veut saisir le sens d’une démarche éducative.

Au total, ce livre peut rendre service en raison de toute la documentation qu’il rassemble mais il s’avère décevant à cause de l’insuffisance de son support théorique

Guy Avanzini