Gabriel Rosset : « Ne te dérobe pas à ton semblable »

Michel Catheland
Fidélité éditeur– 2019 – 151 p.

Chacun, à Lyon et dans l’agglomération lyonnaise, est ou a été au courant de l’action de ce professeur de collège public devenu le fondateur, unanimement respecté et admiré, d’un foyer d’accueil de sans-abri. Il convenait que cette belle initiative soit l’objet d’une étude historique approfondie, qui en analyse toute la signification. Et c’est précisément le travail que vient de publier Michel Catheland.

Directeur honoraire du Collège Notre Dame de Bellecombe, celui-ci a su dégager et situer au-delà des apparences, l’unité profonde d’une vie qui semble comporter deux étapes différentes mais qui, en réalité, est unifiée par la même exigence spirituelle. Porté, lui aussi, par la parole qu’il attribuait  à Antoine Martel, « il est dévoré », disait-il, « par l’amour du Christ et des pauvres ». Et telle était l’intensité de son regard qu’en chacun d’eux il percevait Jésus lui-même. C’est pourquoi les hôtes du foyer étaient appelés « passagers» : terme qui signifie le respect dû à chacun, c’est-à-dire que nul n’était considéré comme un « clochard » incurable mais pouvait, peut-être grâce au Foyer, trouver une possibilité de redressement. Enfin, on comprendra mieux encore, dans ce livre, la sensibilité de Rosset, fonctionnaire de l’Enseignement public, membre fidèle et assidu de la Paroisse Universitaire, dont plusieurs des militants ont été par ailleurs actifs et efficaces serviteurs du Foyer ; engagé aussi dans les problématiques de la laïcité ; c’est là aussi qu’il trouvera -si Dieu le veut- la voie de cette béatification pour laquelle prie et travaille l’association de ses amis, fondée à cette fin. Le beau livre de Michel Catheland y contribuera fortement.

Guy Avanzini