Archives de catégorie : Non classé

J. ROBIN
Chefs d’établissement. Le Burn-out n’est pas une fatalité !

Editions Le Bord de l’Eau, 2022, 217 p.

L’étude collective orchestrée par Jean-Yves Robin porte sur des établissements catholiques d’enseignement sous contrat d’association avec l’État. Elle ne s’ouvre pas simplement à la complexité du métier de chef d’établissement, elle inscrit la parole des sujets au cœur de l’investigation, et permet à celle-ci d’occuper le texte. La souffrance qui est exprimée n’est pas absolutisée mais continûment rapportée à un contexte académique, administratif, organisationnel et managérial par le collectif (les interlocuteurs de terrain, le commanditaire institutionnel et les chercheurs). Ce travail de contextualisation conduit à ne pas individualiser le burn-out ou le bore-out, à ne pas en faire l’affaire du chef d’établissement, l’affaire (culpabilisante) d’un « je » entrepreneur de lui-même, enjoint de trouver en lui les ressources de son dépassement. Tout au long de cette recherche-action-formation, collégiale et sensible, les « nous » organisationnels et managériaux des chefs d’établissement sont interrogés. Mieux, est également questionné le « nous » des interactions vécues, pendant trois ans, par les acteurs de cette aventure. Car il ne s’agit pas seulement d’établir un diagnostic mais de concevoir et mettre en œuvre une démarche susceptible de soulager la souffrance des chefs d’établissement. Démarche proposant à ces derniers et aux chargés de mission de la Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique, des espaces de parole individuels (entretiens cliniques approfondis) mais aussi collectifs d’analyse de la pratique et de l’activité. À la fois « biographisante » et confrontante, elle facilite « un processus de déconstruction-reconstruction au cours duquel les chefs d’établissement finissent par se refaire ». Au sortir de ce bel ouvrage et de l’horizon qu’il offre, je repense à la parole de Bernanos : « La plus haute forme de l’espérance est le désespoir surmonté ».

Bertrand Bergier

 

Providence divine et discernement d’orientation professionnelle

Pascal Ide*

Téléchargez le fichier en version.pdf


Résumé 
: Cette étude s’interroge sur la place accordée par le chrétien à la Providence divine dans une décision concernant son orientation scolaire ou professionnelle. Pour cela, elle part d’un certain nombre d’expériences de décisions qu’elle classe en trois catégories. Ensuite, elle les évalue à partir de ce que la Révélation et quelques théologies affirment du lien entre Providence divine et histoire de l’homme. Enfin, elle propose une démarche en cinq étapes concrètes et pratiques en vue de guider un discernement.

Mots-clés : Discernement, Dieu, liberté, choix, orientation professionnelle

Continuer la lecture

Xavier de Verchère, sdb
Toi qui cherches le bonheur- L’Évangile, une ressource pour affronter les crises

Paris, Salvator, 2021, 166 p.

C’est avec un vif intérêt que l’on accueille cet ouvrage : il pose en effet des problèmes de la plus grande importance, mais aussi d’une difficulté considérable.

L’auteur part d’un postulat central : tous les hommes cherchent le bonheur. Mais cette affirmation initiale s’accompagne aussitôt du constat de la confusion de ce souhait : il désigne en effet aussi bien ceux qui cherchent le bonheur du côté des satisfactions les plus avilissantes que de ceux qui la situent dans la recherche délibérée du don de soi. Le problème moral est donc de tenter de conduire les premiers vers la conviction des seconds. C’est ici que les uns et les autres rencontrent l’Évangile, dont on postule qu’il peut les soutenir également dans leur réflexion. Xavier de Verchère postule que cette recherche peut opportunément s’effectuer par la connaissance et l’approfondissement de l’Écriture Sainte. On saisit par exemple combien la rencontre du « Sermon sur la montagne » peut, par son étude approfondie, conduire à la découverte des problèmes sociaux et politiques les plus variés et nourrir le dessein de travailler dans les champs d’activités correspondants. Pour prendre un autre exemple, celui de Bartimée amène à rencontrer les problèmes sociaux et sanitaires et peut également susciter des engagements correspondants. Ainsi, ces textes « offrent un bonheur inversé par rapport à nos représentations habituelles…non pas un état de bien-être, mais un dynamisme pour la justice » (p.27). Ces exemples sont analysés avec beaucoup de rigueur, en des pages exigeantes, dont le haut niveau est fonction, évidemment, de son objet. La méthode de formation consiste alors à passer de l’observation des phénomènes psychologiques et sociaux du temps présent à l’identification de leur signification et de leur exigence essentielle.

Au fond, cette démarche représente et reproduit celle des disciples d’Emmaüs, lors de leur rencontre imprévue avec un inconnu : ils s’engagent alors sans le savoir dans un processus de type catéchétique. Au terme de leur déplacement, ils se trouvent paradoxalement dans l’attitude de celui qui est croyant sans savoir qu’il l’est, mais qui découvre avec joie qu’il l’est devenu.

Guy Avanzini

Yves REUTER
Comprendre les pratiques et pédagogies « différentes »

Paris, éditions Berger-Levrault, 2021, 170 p.

Inventées surtout en vue de remédier à l’échec scolaire, plusieurs pédagogies dites « différentes » ou « alternatives » se sont élaborées et diffusées. Encore faut-il en évaluer les résultats aussi objectivement que possible, avant de pouvoir éventuellement en recommander l’usage, pour en recueillir les bénéfices. Tel est ici l’objectif de l’auteur, et l’on ne peut que le louer de cette volonté d’évaluation, qui doit se substituer à des enthousiasmes prématurés ou peu justifiés. A cette fin, il procède à une analyse très minutieuse et approfondie, en définissant avec soin les concepts et notions mobilisés par les pédagogies concernées.

Il est dommage néanmoins que M. Reuter soit, en quelque manière, pris à son propre piège. Il étudie, en effet, toutes ces données d’une façon si minutieuse et détaillée que la lecture du texte devient extrêmement pénible et que le souci du détail évacue le discernement des grandes lignes.

Les « pédagogies différentes » ne comportent pas seulement des pratiques ; elles sont animées par des principes et un esprit qui leur confèrent force et éventuelle efficacité. On regrettera que cette dimension psychosociale ne soit pas exactement prise en compte et ne soit pas l’objet d’une évaluation spécifique. Celle-ci serait en effet très utile à l’appréhension plénière de pédagogies qui, précisément, entendent souvent ne pas se définir autour de données un peu étriquées mais, au contraire, par une référence explicite et ouverte à des finalités qui leur assurent leur portée.

De plus, si intéressantes que soient l’école Freinet de Marc-en-Bareuil et celle de La Vitruve, on peut néanmoins mettre en question leur représentativité. Sans doute ne constituent-elles pas une base suffisante à des conclusions sur la pertinence des « pédagogies différentes ».

Guy AVANZINI

J. RAVENSTEIN, C. LADAGE, C. HACHE
L’échec scolaire

Edition Retz, 2020, 192 p.

L’on sait bien les conflits, voire les drames, que l’échec scolaire soulève dans une famille. L’on sait aussi combien il préoccupe la société globale et l’École. C’est sa gravité qui amène la publication de tant de textes qui essaient, trop souvent en vain, d’y remédier. Tel est aussi l’objectif de cet ouvrage, solidement informé et écrit. D’emblée, il prend acte de la polysémie d’une notion trop souvent objet de conceptualisations hâtives. C’est pourquoi ils évacuent certains simplismes, par exemple la croyance dans l’incurabilité du cancre ou de celui qui est mystérieusement dépourvu des « dons » indispensables aux apprentissages. Il revient à chacun des co-auteurs d’inventer les pratiques pédagogiques et didactiques susceptibles d’y faire face.

On regrettera une référence trop rapide au freudisme, malgré l’importance décisive des données d’ordre affectif et relationnel dans la genèse de l’échec. On rappellera, en évoquant à nouveau la référence psychanalytique, que sa thérapeutique de l’échec ne saurait se dispenser de deux données fondatrices et conjointes : d’une part, la postulation de l’éducabilité de l’élève et, d’autre part, le rôle de la confiance qui doit lui être accordée. Si importantes soient-elles, les données scientifiques ne sauraient méconnaître ces deux exigences fondamentales. Il importerait de leur accorder davantage d’attention.

Au total, voici un ouvrage un peu déroutant : faute de problématiques précises et explicites et de références à un modèle scientifique approprié, on voit mal quelle interprétation précise est donnée à l’échec et quelles remédiations préconiser. En définitive, quelles en sont, pour les auteurs, les raisons précises et les remèdes appropriés ?

Guy AVANZINI

Anne-Marie AUDIC
Pierre Faure sj 1904-1988

Paris, éditions Don Bosco et AIRAP, 2021, 312p.

En octobre 2020, l’AIRAP a célébré le 50ème anniversaire de sa fondation et, parmi les manifestations de celui-ci, a fait rééditer la thèse de doctorat de Sciences de l’éducation soutenue par Anne-Marie Audic en 1997. Nul, on le sait, n’était plus qualifiée que celle-ci pour analyser et formaliser la genèse de l’AIRAP et la pensée pédagogique du Père Faure, qui en a été le principal artisan. Par son positionnement dans l’histoire du mouvement comme par ses qualités propres, Anne Marie Audic présente une recherche qui dispose d’un statut privilégié, en ce qu’il constitue un vrai référentiel pour l’identification de la pédagogie personnaliste et communautaire. Il s’agit, en définitive, de mettre en évidence le mode de construction d’une pédagogie chrétienne, susceptible d’être authentiquement considérée comme telle. Cela tient à la façon dont elle a su en identifier les trois paramètres fondamentaux : ses finalités, sa représentation du sujet et la mise au point de pratiques didactiques appropriées, comme les modalités d’enseignement et de travail mise en œuvre dans les divers établissements dont l’AIRAP assure la tutelle, avec la vigueur et la pertinence que l’on sait.

S’agissant des finalités, Anne Marie Audic a montré comment elles se caractérisent par leur ouverture à la transcendance et la mise en évidence des valeurs susceptibles d’amener l’enfant à la découverte et à l’assimilation des idéaux qui peuvent devenir ceux du chrétien. Encore fallait-il mettre en évidence le dynamisme psychologique de l’enfant, c’est-à-dire son éducabilité, sa perméabilité aux idéaux antérieurement retenus et leur solidarité. Il s’agit enfin de gérer les pratiques didactiques susceptibles de mettre en œuvre les modalités qui exploitent les données antérieures. Anne marie Audic a su décrire clairement l’articulation de ces trois paramètres.

Enfin, le mérite de cette thèse est d’avoir su rapprocher sans syncrétisme et sans confusion, mais avec rigueur, les deux exigences majeures que le Père Faure considérait comme décisive dans la pratique éducative : il entendait mettre en relation l’ambition intellectuelle et spirituelle propre à la pédagogie de Saint Ignace avec l’attention aux plus pauvres qu’affectionnait Jean-Baptiste de la Salle. Anne Marie Audic montre comment le Père Faure a approfondi sa conception des objectifs de l’éducation et affiné une didactique qui permette l’applicabilité de ces idéaux aux élèves d’origines variées dont il lui paraissait indispensable de favoriser la réussite.

Guy AVANZINI

Hommage à Guy Avanzini

Pour l’équipe d’Educatio, Jean Louis Barbon

Téléchargez en version .pdf

Guy Avanzini nous a quitté le 18 octobre 2022.

Philosophe de formation, Guy Avanzini fut l’un des pionniers des sciences de l’éducation en France. Il contribua de manière décisive à explorer et mettre en valeur le patrimoine de l’éducation chrétienne et à en explorer la capacité à offrir un cadre de réflexion prospectif pour répondre aux défis éducatifs et sociaux contemporains.

Philosophe et pédagogue chrétien, il a contribué à la prise en compte de l’affectivité dans l’éducation et a promu, inlassablement, la notion d’éducabilité. Attentif aux efforts des éducateurs pour répondre aux besoins éducatifs et pédagogiques des enfants et des jeunes, il attacha de l’importance, dès le début de ses travaux, aux conditions et résultats de l’innovation pédagogique.

L’activité soutenue de recherche et d’édition qu’il a conduite, s’appuyait aussi sur des pratiques d’enseignement et d’accompagnement de chercheurs de tous âges et de toutes origines.

En 1996, il rejoignait, pour en présider le conseil de perfectionnement, un centre de formation de l’enseignement catholique à Grenoble.

Ayant connu personnellement Henri Desroche, il s’investit résolument dans la mise en place d’un parcours en vue de l’obtention du Diplôme des Hautes Etudes des Pratiques Sociales (DHEPS) dont il fut la cheville ouvrière.

Ce dispositif s’inscrivait dans la grande tradition du diplôme de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, accueillant, sans pré requis académiques, des éducateurs, ou d’autres acteurs sociaux, souhaitant conduire une recherche de niveau universitaire à partir d’une relecture outillée de leurs pratiques.

Entre 2002 et 2014, ce furent plus de quarante mémoires qui furent ainsi accompagnés par Guy Avanzini. Son expertise s’exerçait avec une bienveillance jamais démentie et une attention amicale aux événements personnels que déclenchait ce processus de recherche. Pour autant, la rigueur de la recherche et la qualité formelle des travaux ne furent jamais sacrifiées.

C’est en 2006, au cours d’un voyage en train vers l’Alsace, où une session de soutenance du DHEPS était organisée, que naquit le projet de créer l’Association Internationale de Recherche sur la Pédagogie Chrétienne – AIRPC.

Il s’agissait de pourvoir à la réédition du Dictionnaire Historique de l’Education Chrétienne d’Expression Française, initialement édité par les Editions Don Bosco en 2001 et épuisé alors, mais aussi d’offrir un cadre à diverses initiatives de recherche ou d’édition relatives à l’éducation chrétienne.

En 2010, paraissait la seconde édition, notablement augmentée, du Dictionnaire historique de l’Education Chrétienne d’Expression Française.

En 2011, répondant à une suggestion du Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique, paraissait le premier numéro de notre revue en ligne Educatio.

Guy Avanzini en inspira l’orientation et en rédigea la notice de présentation :

[Educatio] se propose, comme dans les autres périodes antérieures de crise, religieuse ou culturelle, de susciter les recherches rendues opportunes, pour stimuler et asseoir l’indispensable inventivité des chrétiens engagés dans les institutions confessionnelles ou tous autres contextes.

Son terrain d’étude et sa portée se veulent internationaux. Elle publiera donc des textes d’auteurs de diverses nationalités. En positionnant plus clairement l’action et les perspectives des chrétiens en éducation, elle se veut un instrument de dialogue avec les sociétés contemporaines.

Il participa aux travaux du Comité de rédaction tant que sa santé lui permit de le faire. Il fut une ressource précieuse de réflexion concernant les thèmes de chaque numéro, contribua de manière décisive à la mise en forme des appels à contribution et déploya, jusqu’au bout, une activité constante de recension d’ouvrages relatifs à l’éducation chrétienne.

Nous associons naturellement à cet hommage Anne Marie Audic, qui fut aussi à l’origine de l’AIRPC, Pierre Pénisson et René Cailleau – co auteurs du Dictionnaire. Nous n’oublions pas Antoine de La Garanderie qui fut le compagnon fidèle et aimable de ces initiatives.

Il nous est agréable d’évoquer, au terme de cet hommage, les liens d’amitiés et d’affection qui se sont tissés entre Guy Avanzini et le Comité de rédaction d’Educatio, et tous nos amis proches, et qui donnent à nos engagements partagés et à notre compagnonnage intellectuel et spirituel une valeur singulière.

Editorial

Une approche chrétienne de l’orientation ?

Bertrand Senez[1]

Téléchargez le fichier en version .pdf

L’orientation scolaire et professionnelle n’est évidemment pas une préoccupation spécifiquement chrétienne. Cette préoccupation a pris des formes variées selon l’évolution économique et sociale, et la façon de répondre à ce besoin d’orientation a elle-même pu évoluer, comme en attestent les recherches en orientation.

De nombreux auteurs signalent en effet le changement opéré depuis plus de 30 ans en ce domaine, du fait de profondes mutations sociales[2], et désormais l’orientation scolaire et professionnelle s’inscrit aussi dans une recherche du « sens de la vie et du travail »[3]. Jusqu’aux années 80-90, la stabilité et la prévisibilité des carrières dominaient, et une approche positiviste de l’orientation consistait prioritairement à établir une congruence entre des profils de personnalité et de métier. Une approche constructiviste est par la suite apparue, en raison de l’impératif de l’adaptabilité à un monde du travail plus instable et changeant.

Ce numéro de la Revue Educatio cherche à comprendre comment la pensée chrétienne, qui n’est ni positiviste ni constructiviste, peut assumer cette préoccupation individuelle et sociale de l’orientation. Quelle lumière la révélation chrétienne apporte-t-elle à la compréhension de l’orientation scolaire et professionnelle ? Si tout choix d’orientation s’inscrit dans une représentation au moins implicite du monde, l’intelligence chrétienne de la personne humaine, de sa vocation, du sens du temps et du travail modifie-t-elle le regard porté sur l’orientation et son sens ? La personne qui examine sa vie professionnelle et envisage un choix d’orientation peut y voir la marque d’un destin auquel consentir, d’une fatalité à subir, d’une vocation à accomplir ou tout simplement une suite de décisions, d’accommodements ou même de hasards.  La foi dans la présence et l’action de Dieu dans la vie du croyant induit-elle alors une transformation du choix d’orientation ? Comment penser le lien entre le discernement d’une orientation et la Providence ? Et enfin, dans une société dite « liquide »[4], aux repères plus flous et incertains, mais où la quête de sens devient primordiale, comment accompagner chrétiennement la jeune génération ?

Les 11 contributions retenues cherchent à apporter des réponses à ces interrogations. Comme dans tout numéro de la revue Educatio, elles se situent dans les registres théoriques et pratiques.

Fondements d’une pensée chrétienne de l’orientation

Emmanuel Gabellieri interroge le concept d’orientation selon une anthropologie fondamentale et inscrit ainsi la réflexion dans la perspective plus générale du sens que les hommes cherchent à donner à leur vie. L’orientation scolaire et professionnelle n’est pas qu’une question de compétences. Elle devrait intégrer des finalités plus hautes et des « capacités spirituelles » dans lesquelles l’agir prend sa source

Dans la même veine, Bertrand Senez cherche dans un premier article à fonder l’orientation professionnelle d’un point de vue personnaliste et à dépasser, en les intégrant, les approches positiviste et constructiviste qui ont successivement dominé les recherches en orientation jusqu’à aujourd’hui. Dans un deuxième article, il tente de jeter les bases d’une compréhension personnaliste du discernement de l’orientation professionnelle, en partant de ce que la personne vit comme sujet, et en mettant en lumière ce qui se joue dans son intériorité.

Ces trois premiers articles sont de nature philosophique. Si la pensée chrétienne ne se réduit pas à une philosophie personnaliste, il reste que cette dernière est compatible avec la révélation chrétienne et sa compréhension de l’homme, comme être spirituel et incarné, libre et responsable, et partie prenante d’une vie sociale qui peut requérir de lui un engagement et une collaboration. Trois articles apportent un regard spécifiquement chrétien sur l’orientation et complètent les trois premiers.

Le Père Pascal Ide s’interroge sur le rôle de la providence divine au cœur même du discernement. A partir d’expériences de décisions d’orientation concrètes, il évalue les perspectives théologiques sous-jacentes et les discute. Il propose également un guide pratique pour mener chrétiennement un discernement d’orientation scolaire ou professionnelle.

Le Père Cariou-Charton envisage la question de l’orientation scolaire et professionnelle selon la visée intégrale et catholique de la construction de la personne. Il propose ainsi aux éducateurs d’être attentifs à quatre nœuds existentiels pour aider le jeune à envisager son orientation dans toute son ampleur.

Selon une perspective similaire, Matthieu Ollagnon montre que la foi chrétienne invite à considérer l’orientation de façon renouvelée et à sortir d’une rationalité bornée à l’atteinte d’un objectif de seule réussite. Cet « élargissement de l’esprit » cher au Cardinal Newman permet à l’accompagnateur d’envisager l’orientation en présence du Christ et à l’accompagné d’aborder l’orientation selon une rationalité plus ouverte à la complexité et à la richesse de l’existence.

Ces six premiers articles explorent les fondements d’une pensée chrétienne de l’orientation. La deuxième partie est consacrée à l’analyse réfléchie des pratiques mises en œuvre par des éducateurs chrétiens.

 

Education en actes ; analyse de pratiques de l’orientation scolaire et professionnelle

A travers le programme OPEN (DU, Bac+1) de l’Iffeurope, Agnès Teynié, sa directrice, expose la pédagogie de la vocation conçue pour aider le jeune à découvrir son orientation. Elle montre comment la foi chrétienne irrigue le projet en même temps que celui-ci s’adresse à tous, y compris aux non-chrétiens.

Jacques de Scorraille, fondateur et directeur du cabinet Ecclesia RH, tire quelques lignes de force de l’accompagnement de plus de 400 personnes, notamment dans le cadre de bilans professionnels, et analyse comment l’approche chrétienne confère aux pratiques du cabinet une forme et une attention spécifiques.

Gilles Le Cardinal expose la mise en place d’une pédagogie innovante enracinée dans une anthropologie chrétienne et faisant place à l’intelligence collective des élèves. Il expose les étapes du jeu sérieux « Diapason junior » qui permet aux élèves, pendant l’heure de vie de classe, de faire l’expérience de l’entraide pour le sujet pourtant éminemment personnel de l’orientation.

Dans un article collectif Christian Bellehumeur, Cynthia Bilodeau et Marquis Bureau, tous trois de l’université Saint-Paul à Ottawa, se penchent sur la prise en compte de la dimension écologique en orientation, selon une perspective chrétienne. En effet, le contexte de la crise du climat entraîne souvent une anxiété et des préoccupations des jeunes personnes qu’il convient d’accompagner pour leur permettre de l’affronter, en s’appuyant sur leurs forces, et en clarifiant leurs valeurs profondes. Les auteurs avancent que l’approche qui s’appuie sur les forces en psychologie positive et sur la psychagogie des valeurs peut permettre aux éducateurs de faire le lien entre la foi chrétienne et la prise en charge de l’environnement. Ils proposent ainsi une adaptation de la pratique d’accompagnement des jeunes générations au contexte actuel.

Enfin, Alexandre Bingo et Quentin Wodon nous font plonger dans un autre univers culturel, celui du Burkina Faso. Ils font notamment état de l’importance de l’orientation pour lutter contre le décrochage scolaire. Evoquant des initiatives prises au sein du lycée Saint-Luc, ils suggèrent des innovations pédagogique et spirituelle qui tiennent compte du contexte.

Ces contributions variées manifestent la richesse de la pensée et des pratiques éducatives et pédagogiques chrétiennes en orientation. D’autres sujets n’ont pas été évoqués, et mériteraient assurément de l’être, notamment celui de la noblesse du travail manuel et de la place du corps. Un autre numéro de la revue y pourvoira peut-être !

 

_________________________

Pour citer cet article

Référence électronique : Bertrand Senez, « Éditorial », Educatio [En ligne], 13| 2022. URL : https://revue-educatio.eu

Droits d’auteurs

Tous droits réservés

 

[1] Enseignant-chercheur en philosophie et directeur du développement à l’Ircom. A été directeur de l’Institut Albert le Grand de 1999 à 2022. PhD en Éducation de l’Université de Sherbrooke et doctorat en Éducation, Carriérologie et Ethique de l’Université Catholique de l’Ouest. Membre du GRACE et du CIRPaLL (Université d’Angers).

[2] Dumora, B., et Boy, T., Les perspectives constructivistes et constructionnistes de l’identité (1re partie). L’orientation scolaire et professionnelle, 37/3, 2008, 347‑363. doi.org/10.4000/osp.1722 ; Dumora, B., et Boy, T. (2008b). Les perspectives constructivistes et constructionnistes de l’identité (2e partie). L’orientation scolaire et professionnelle, 37/3, 2008365‑386. doi.org/10.4000/osp.1729 ; Savickas, M. L., Nota, L., Rossier, J., Dauwalder, J.-P., Duarte, M. E., Guichard, J., … Bigeon, C. (2010). Construire sa vie (Life designing) : un paradigme pour l’orientation au 21e siècle. L’orientation scolaire et professionnelle, 39/1, 5‑39. doi.org/10.4000/osp.2401 ; Bright, J. E. H., et Pryor, R. G. L., The chaos theory of careers : A user’s guide. Career Development Quarterly, 53(4), 2005, 291-305 ; Rezanson, L., Hopkins, S., Career guidance and counselling in Canada : Still changing after all these years. Le counseling et l’orientation professionnelle au Canada : toujours en évolution après toutes ces années., 50(3), 2016, 219‑239 ; etc.

[3] Bernaud, J.-L., Lhotellier, L., Sovet, L., Arnoux-Nicolas, C., et Pelayo, F. (2015). Psychologie de l’accompagnement : concepts et outils pour développer le sens de la vie et du travail, Paris, Dunod, DL, 2015.

[4] Bauman, Z., La vie liquide (trad. C. Rosson). Paris, Pluriel, DL 2013.

Orienter les jeunes dans le contexte des changements climatiques

Contributions de l’approche basée sur les forces et sur la psychagogie des valeurs

Christian R. Bellehumeur[1], Cynthia Bilodeau[2] et Marquis Bureau[3]

Télécharger le fichier en version..pdf

Résumé : Cet article s’inscrit dans une perspective chrétienne de l’orientation des jeunes dans le contexte de la crise du climat. En parallèle à l’encyclique Laudato Si’, deux approches complémentaires sont présentées : l’approche (empirique) basée sur les forces personnelles et la psychagogie des valeurs comme mode d’accompagnement. Le tout vise à sensibiliser les éducateurs aux liens entre la foi et l’éducation au vivant.

Mots-clés : orientation chrétienne des jeunes, Laudato Si’, forces personnelles (psychologie positive), psychagogie (clarification) des valeurs, éducation relative à l’environnement et au vivant (biosphère) Continuer la lecture

Orienter les jeunes dans le contexte des changements climatiques

Contributions de l’approche basée sur les forces et sur la psychagogie des valeurs

Christian R. Bellehumeur[1], Cynthia Bilodeau[2] et Marquis Bureau[3]

Télécharger le fichier en version..pdf

Résumé : Cet article s’inscrit dans une perspective chrétienne de l’orientation des jeunes dans le contexte de la crise du climat. En parallèle à l’encyclique Laudato Si’, deux approches complémentaires sont présentées : l’approche (empirique) basée sur les forces personnelles et la psychagogie des valeurs comme mode d’accompagnement. Le tout vise à sensibiliser les éducateurs aux liens entre la foi et l’éducation au vivant.

Mots-clés : orientation chrétienne des jeunes, Laudato Si’, forces personnelles (psychologie positive), psychagogie (clarification) des valeurs, éducation relative à l’environnement et au vivant (biosphère) Continuer la lecture