Archives du mot-clé Education de la personne

Quelques réflexions à propos de l’éducation de la personne en situation de handicap

Télécharger le fichier en version .pdf

Marie-Christine de Kerangat-Toussaint

Aujourd’hui, nous vivons de grands débats sur les questions posées par l’éducation de la personne, ce qui nous amène à repenser celle de la personne en situation de handicap. L’histoire de l’éducation n’a pas toujours su prendre en compte la personne elle-même comme objectif essentiel ; et la personne en situation de handicap, qui se refuse à un certain façonnage, a peu à peu incité les recherches à réorienter leurs objectifs.

Il est donc instructif de commencer ces réflexions par un bref historique de l’éducation de la personne en situation de handicap, physique, sensoriel, mental, psychique ou social. Après avoir présenté quelques uns des pionniers de cette éducation nous essaierons d’en dégager des principes fondamentaux. Lire la suite

La personne dans l’œuvre écrite de Madeleine Daniélou

 Télécharger le fichier en version .pdf

Blandine-D. Berger*

« Le problème de l’éducation est toujours fondamental.
Il l’est particulièrement dans un temps comme le nôtre
où les cadres de la vie sociale sont laïcisés,
où tant de courants de pensée se croisent,
où chacun doit,
dès sa jeunesse, et parfois dès son enfance,
chercher par soi-même
les chemins qui mènent à Dieu
[1] ».

Madeleine Daniélou n’était pas une théoricienne. Elle mettait en premier la connaissance intuitive et l’expérience, confiante dans la vie qui se charge de nous instruire et de guider nos dons. Elle aimait Pascal et Péguy, l’un parce que c’est un philosophe de l’expérience, – et l’expérience de Dieu -, l’autre, Péguy, parce qu’il touche à la terre jusque dans sa poésie et sa prose la plus sublime. Ce qui ne veut pas dire qu’elle ne croyait pas à la raison : au contraire, elle voyait les choses avec un grand recul, une vraie distance. Et s’il est vrai qu’elle n’est pas une philosophe au sens moderne du mot, elle a néanmoins une culture philosophique étonnante pour son époque. A l’agrégation –dite « pour les femmes »- qu’elle passa en 1903, avant son mariage, une des épreuves majeures était littéraire et philosophique tout à la fois. C’était un sujet sur l’éducation ! Elle fut reçue première… Lire la suite